D’ici une année ou plus les adresses IPv4 ne seront plus en nombre suffisant pour répondre aux besoins des acteurs de l’internet (opérateur, hébergeurs, constructeurs…), ce qui pourrait poser de gros problèmes de fiabilité des connexions.

 

La France, très bon élève sur la mise en place d’adressage IPv6, dispose une longueur d’avance et serait à l’origine de près de 50% du trafic mondial IPv6 actuellement, grâce notamment à quelques opérateurs prévoyants. En France, il représente 15% du trafic total, contre 1% dans le monde.

 

Pendant quelques années, les deux protocoles IPv4 et IPv6 devront coexister.

Mais l’Etat français veulent donner l’exemple : le réseau de la nouvelle Direction interministérielle des système d’information et de la communication sera intégralement en IPv6, ce qui engendre que toutes les commandes publiques de produits ou services IT devront désormais intégrer l’IPv6.

 

Et vous, à quand le passage en IPv6 ?