D ‘après les chiffres de l’ARCEP (fin 2011), le nombre d’abonnement Internet s’élève à 22,8 millions, dont 200 000 abonnés fibre soit + 7% par rapport à 2010.

 

L’objectif qui est qu’en 2025 100% des foyers soit équipés en très haut débit, risque d’être difficile à respecter. 

 

Pourtant le sénat a dernièrement adopté une loi visant à « assurer l’aménagement numérique du territoire ».

Le texte a pour objectif de rendre obligatoire l’application d’un plan d’aménagement numérique départemental englobant haut débit, fibre optique et mobile (2G/3G/4G) par un Schéma Directeur Territoriaux d’Aménagement du Territoire (SDTAN).

 

La France se trouve face à une question capitale dont elle n’a pas de réponse claire : « Comment déployer le très haut débit pour rattraper son retard ? »

 

D ‘après une étude mené en parallèle dans des pays (Etats Unis, Japon..), ou le fibre est plus développé, on note l’émergence de nouveaux services qu’on ne pratique pas ou peu encore en France.

 

En effet, un lien très haut débit apporte une amélioration sur des services déjà existant comme la haute définition, la 3D mais également de nouvelles possibilités dans des branches très variées comme : la télémédecine, télétravail, les jeux en ligne, la domotique (prendre le contrôle à distance de son domicile), l’éducation ( suivre des cours grâce au tablette…) .

Mais pour le moment en France, nous sommes encore loin de tout ça !

 

Une analyse de Analysis Mason explique les freins possibles au déploiement :

– La bonne qualité du réseau en cuivre français, l’excellent rapport qualité/prix des offres à haut débit peuvent freiner à court terme le développement du très haut débit.

– Les Français ne distinguent pas clairement les avantages du très haut débit.

– Pour inciter le déploiement du très haut sur un territoire, les pays ont mis en place des politiques interventionnistes (incitation, investissement gouvernemental ou co-investissement des collectivités locales) ou des cadres réglementaires favorisant le THD et la concurrence.

 

Et pourtant, ces nouveaux réseaux sont essentiels pour gagner en compétitivité et améliorer le taux de croissance des économies. 

 

La conquête du Très Haut Débit s’annonce longue et difficile !