Pendant des années, les entreprises ont demandé à leur responsable informatique ou à leur société d’Infogérance la mise place de serveurs pour des usages multiples : logiciels de gestion ou logiciels métiers, serveurs d’impression, serveurs de messagerie, serveurs de fichiers, serveurs de sécurité,…

• Ce mode de fonctionnement demandait un renouvellement tous les 3 à 5 ans, voir 10 ans pour ceux qui aiment le risque… On remarque qu’au bout de 3 ans les pannes sont multipliés par 7 ce qui amène généralement à renouveler ces serveurs régulièrement et donc à devoir gérer une migration des données.

• Sur la partie logicielle, les préconisations sont de plus en plus importantes : très souvent les nouvelles versions sont plus gourmandes en espace disque, en mémoire et même parfois en CPU.

• Sur la partie sauvegarde, il fallait une organisation exemplaire quand les serveurs se multipliaient, pour s’assurer de ne pas perdre les données en cas de crash.

• Pour finir, la gestion des serveurs est également sujette à divers coûts cachés comme l’énergie nécessaire, le temps passé pour la gestion de ceux-ci (interne ou externe) ou la gestion des sauvegardes au quotidien.

De nombreux hébergeur (e-liance notamment) ont vu les demandes exploser depuis ces derniers temps sur une solution basée sur un autre mode d’organisation : l’externalisation de serveur en VM (Machine Virtualisée). Mais quelles en sont les raisons ?

Les raisons de ce succès s’expliquent par les nombreux avantages de telles solutions :

• Là où chaque entreprise héberge ses serveurs dans un local géré par un responsable informatique, l’hébergeur met en place un service technique entier pour la surveillance de ceux-ci. La salle est redondée sur la partie électrique, climatisation, accès fibre optique,… ce qui leur assure une disponibilité importante. Rare sont les entreprises qui mettront autant de moyen sur l’équipement de leur salle serveur.

• Avant, il était important de sur-estimer les capacités des serveurs pour être sûr de ne pas être à court de puissance pendant les 3 à 5 ans d’exploitation de ceux-ci. L’hébergement VM est totalement évolutif, il vous permet d’upgrader à la demande l’espace disque, les Go de Mémoire et le nombre de CPU dédiés à vos serveurs.

• Votre responsable informatique devait gérer la sauvegarde des données. Souvent effectuée de façon manuelle pour optimiser les coûts, cette tâche pouvait être source d’erreur et parfois fatale pour l’entreprise. Sur un modèle hébergé, la sauvegarde est automatisée avec un engagement de restitution en intégralité en cas de problème. Votre sauvegarde interne vous offre t-elle de telles garanties ?

• Quand votre entreprise est composée de liaisons inter-sites connecté en VPN, les serveurs sont centralisés sur le site principal, avec une sur-sollicitation de l’accès internet ou de l’accès VPN MPLS (interconnexion privée) de ce site. La solution hébergée permet de désengorger l’accès du site principal et de profiter des accès très hauts débits prévus pour une salle d’hébergement, et en plus à des prix économiquement très avantageux

• L’ancienne solution était l’objet de coûts cachés : consommation d’énergie, maintenance, migration, … le mode hébergé vous propose une solution locative englobant tous les coûts sans aucune surprise.

Cette solution a également ses contraintes. Votre lien internet ou MPLS (interconnexion privée) est le lien qui vous relie de vos données. En cas de coupure, plus personne n’accède à celles-ci et de nombreux collaborateurs sont pénalisés dans leur travail. Votre opérateur doit vous proposer en complément des solutions en haute disponibilité : garantie de débit, garantie de rétablissement en 4h, lien redondé,… qui finalement éliminent cet aspect négatif de l’externalisation.

Une telle solution, qui permet de sécuriser l’accès aux données, à cependant un coût. C’est notamment pour les TPE ayant trop peu de données à gérer que la question de l’intérêt financier d’une telle solution peut être mis en balance.

Et vous, quand vous ferez-vous le premier pas ?