Les solutions d’interconnexions de sites, en VPN, de type  MPLS ou IPsec, concernaient il y a quelques années une certaine catégorie d’entreprises, possédant plusieurs sites de production ou agences commerciales. Aujourd’hui, le constat est là  : l’entreprise sédentaire, mono-site, tend à disparaître au profit de l’entreprise multi-site. En parallèle, les travailleurs nomades ont besoin de se connecter régulièrement au système d’information de l’entreprise. Cela concerne non seulement la force commerciale et les télétravailleurs, mais surtout de nouvelles habitudes de travail : la dissociation entre la sphère professionnelle et la sphère privée est de moins en moins nette. Tout cela nécessite de nouveaux outils, mais également des infrastructures adaptées.

  • Organisation du travail : des changements à intégrer pour l’entreprise

La flexibilité est devenue le pilier de l’organisation du travail actuel, la progression des horaires atypiques et  l’ engagement du salarié en terme de disponibilité  contribuent à aplanir la différence entre vie privée et vie professionnelle. Les nouveaux outils de communication ont facilité ces nouvelles formes d’organisation du travail. La téléphonie mobile, les ordinateurs portables et plus récemment les smartphones et tablettes sont devenus les accessoires indispensables pour de nombreux salariés. Le lieu de travail devient pluriel et nomade : on peut désormais travailler de chez soi ou en vacances. Que l’on juge cela positif ou négatif, la réalité est là : les sphères privées et professionnelles ne sont plus clairement délimitées.

  • Infrastructures multi-sites : centralisation des serveurs et infrastructures, ou « déconcentration » des décisions

Il y a deux tendances, deux choix organisationnels favorisés par les évolutions technologiques : la centralisation des données sur le site principal de l’entreprise, associée à des solutions de sécurisation des données, ou à l’inverse une déconcentration des centres de décision (agences régionales), avec des infrastructures multiples et reliées entre elles, voire avec l’utilisation de logiciels en mode hébergé (SaaS).

Favorisées à la fois par l’évolution des liaisons (très haut débit avec la fibre optique, sdsl avec GTR, etc) et des infrastructures serveurs, les entreprises abordent cette problématique dans le cadre d’un projet global : solutions de back-up, virtualisation des serveurs, solutions de stockage (SAN), Plan de Continuité de Service ou PRA, solutions de groupware, accès à l’extranet pour les fournisseurs ou clients … Le système d’information de l’entreprise doit être accessible et sécurisé, les deux maîtres mots dans cette réflexion globale.

  • Interconnexion de site, MPLS vs VPN-IPSec : la communication entre les différents acteurs est indispensable

Les notions d’interconnexion et de sécurité se positionnent comme des données stratégiques de ces projets. Dans ce contexte, une infrastructure réseau performante est un pré-requis incontournable afin de garantir la performance et la sécurité des échanges réalisés. Le recours au VPN – appelons-le ainsi, que ce soit en niveau 2 (MPLS) ou niveau 3 (VPN IPSec) – est donc un passage obligé ! Traditionnellement utilisés par les grands comptes, les VPN s’étendent désormais dans les PME et les administrations. Le Réseau Privé Virtuel (VPN) est une extension des réseaux locaux qui préserve la sécurité logique que l’on peut avoir à l’intérieur d’un réseau local. Il correspond donc à une interconnexion de réseaux locaux, via une technique dite de « tunnel ».  Il existe deux types d’infrastructures partagées : les « publiques », comme Internet, et les « dédiées » que mettent en place les opérateurs afin d’offrir des services de VPN aux entreprises. La sécurité devient un chaînon essentiel afin de garantir le succès de tout projet d’interconnexion.

–> Quelle est la solution ? Chaque problématique est différente, et nécessite des réponses adaptées, et évolutives.

Découvrez l’approche d’Equation.